Clonages


2 - Clones d'animaux en petite forme

Dix ans après Dolly, le clonage animal est-il devenu un mode de reproduction performant et sûr ? La réponse est négative tant cette technique est encore loin d'être maîtrisée, et ses échecs compris. C'est en revanche un outil précieux pour la recherche fondamentale.

Elle aura vécu presque sept ans. Née en juillet 1996, la brebis Dolly a été euthanasiée en 2003. Elle souffrait d'une infection pulmonaire d'origine virale ayant touché tout le troupeau, infection assez banale pour un animal élevé en espace clos. Mais Dolly n'était pas banale : c'était le premier mammifère conçu par la technique du clonage dit « somatique », où un ovocyte énucléé est fusionné avec une cellule adulte différenciée. Le moindre de ses éternuements était donc susceptible de mettre en émoi la communauté scientifique et l'ensemble de la société. Avec en arrière-plan la question suivante : à quel point ce mode de reproduction affecte-t-il la santé des animaux clonés ? Depuis Dolly, divers animaux domestiques ont été engendrés par clonage somatique (voir « Repères » p. 38). L'espèce bovine est de loin celle qui a été la plus reproduite. Car l'objectif du clonage - faire naître un individu ayant le même patrimoine génétique que l'individu adulte donneur de cellule - est potentiellement avantageux sur le plan agronomique. Les premiers veaux clonés sont nés en janvier 1998 aux États-Unis, suivis un mois plus tard par Marguerite, née dans l'une des fermes expérimentales de l'INRA. Cependant, les animaux ainsi engendrés ne sont, dans l'absolu, pas très nombreux. Aujourd'hui, il y a environ 1 500 bovins clonés répertoriés dans le monde, dont 72 en France. Les bovins, bons sujets d'étude Les chiffres mondiaux sont incertains, car il est difficile de savoir combien d'équipes exactement travaillent sur le sujet : une en France (la nôtre), deux en Allemagne, une au Danemark, une au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie, au moins six aux États-Unis, plusieurs en Amérique du Sud, une trentaine au Japon et probablement bien plus... en Chine. Mais si l'on espère que le clonage bovin se révélera, à terme, avantageux sur le plan agronomique, en l'état actuel des choses, il fournit surtout de précieuses informations sur la régulation du développement embryonnaire, foetal et postnatal. La durée de...

 

 

CLONER L'HUMAIN ? II Les leçons du clonage animal         2 - Clones d'animaux en petite forme

                                                                                      Le mot du jour « Statut de l'embryon »

 

9 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site